Marché obligataire

Sommaire

 

Le marché obligataire est le compartiment du marché financier où s'échangent les titres de créances à moyen et long terme. C’est un marché de prêts/emprunts de capitaux dont le support est constitué par les obligations.

On distingue le marché primaire, sur lequel de nouveaux titres obligataires sont émis et le marché secondaire où ces créances d'occasion s’échangent par la suite. En France, la majeure partie des obligations proposées sont des obligations d’État.

Pour les particuliers, ce marché est surtout accessible à travers des produits de placement boursier (Sicav, etc.) qui peuvent être logés dans un compte-titres ou un PEA. 

Fonctionnement du marché obligataire

On parle de marché obligataire pour les dettes d’une durée supérieure à 3 ans et de marché monétaire pour les dettes inférieures à cette durée. Des entreprises, collectivités locales et États s'échangent des obligations sur le marché secondaire, mais aussi des produits dérivés (swaps de taux d'intérêt, futures sur emprunts d'état, etc.). Le marché obligataire est surtout réservé aux grands investisseurs et n’est accessible aux particuliers qu’à travers des OPCVM (FCP, SICAV).

À noter : avec les changes, le marché obligataire est l’un des compartiments les plus importants de la planète. Il représente des centaines de milliards d’euros et les échanges quotidiens dépassent 10 000 milliards d’euros/jour. À titre indicatif, les États de la zone Euro emprunteront 860 milliards sur le marché obligataire en 2018.

Bon à savoir : un comité d'expert mandaté par Bruxelles préconise une vaste réforme pour doper le marché des obligations d'entreprises qui représentait un volume total de 280 milliards d'euros en 2016.

Comme celui des actions, le marché obligataire est scindé entre un marché primaire et un marché secondaire :

  • marché primaire : les échanges sur le marché primaire concernent des obligations nouvellement émises par des États, des collectivités locales, des banques ou de grandes sociétés privées qui vendent directement leurs titres aux investisseurs professionnels. Les prix d'émission pratiqués sur ce marché primaire sont intéressants, car encore modifié par le mécanisme de l’offre et de la demande. Ce marché est malheureusement la chasse gardée des investisseurs professionnels. 
  • marché secondaire : c’est sur ce marché que les investisseurs s’échangent les obligations d’occasion. Leur cours fluctue comme celui de toutes les valeurs financières. Dans l’ensemble, les transactions s’effectuent de gré à gré. Les acheteurs ou les vendeurs interrogent des « teneurs de marché ». Ceux-ci leur transmettent des prix d’acquisition ou de cession. Les investisseurs se tournent alors vers l’intermédiaire leur faisant la meilleure offre.

À noter : un teneur, aussi appelé « market maker », propose des prix d’achat et de vente se situant dans une fourchette de prix et prélève une commission lors des transactions.

Marché obligataire : des emprunts de toute sorte

Pour trouver des ressources financières à moyen ou à long terme, un agent économique peut lancer un emprunt sous forme d’obligations. Selon le Code monétaire et financier, « les obligations sont des titres négociables qui, dans une même émission, confèrent les mêmes droits de créance pour une même valeur nominale » (article L. 213-5 du Code monétaire et financier).

Ces obligations sont le plus souvent négociables et d'un montant unitaire compris entre 500 et plusieurs dizaines de milliers d’euros. Ces titres sont assortis d’un taux d’intérêt et d’une date d’échéance, à laquelle l'émetteur (État ou entreprise) doit rembourser sa dette. A risque équivalent, ce sont les obligations présentant un rendement supérieur aux autres titres qui seront les plus demandées.

Le taux d’intérêt des émissions obligataires dépend de la qualité de l’émetteur et du risque de défaut qu’il présente. Ce risque est généralement coté par des agences de rating (standard & Poor’s, Moody’s, Fitch rating, etc.) dont le rôle est de noter le niveau de risque des obligations : AAA pour les meilleures, puis AA+, etc.

Avec les obligations, les experts considèrent que le risque le plus significatif résulte d'une hausse éclair des taux d'intérêt signifiant que personne ne veut acheter ces titres. Cette situation peut se produire lors d'un cycle de dépression. 

Sur le marché obligataire les titres sont cotés en pourcentage et au pied de coupon. Ce mode de cotation distingue le capital (le titre) et le revenu qu’il procure (le coupon), soit la fraction d’intérêt courant depuis l’émission de l’obligation (ou le dernier versement d’intérêt).

Le cours des obligations est fixé sur le marché secondaire. Il varie en fonction de l'évolution des taux d'intérêt. Lorsque le cours d'une obligation (exprimé en pourcents) monte, son rendement diminue. Sans entrer dans le détail, il faut retenir que :

  • lorsque les taux d'intérêt sont à la hausse, le cours des obligations baisse (perte en capital) ;
  • lorsque les taux d'intérêt baissent, le cours des obligations grimpe (gain en capital).

Le gain ou la perte réalisés sur une obligation dépend de sa sensibilité aux variations de taux d’intérêt. Ainsi, une obligation dont le taux de sensibilité est de 2 verra son cours progresser de 2 % si les taux montent de 1 % et réciproquement.

Marché obligataire : diversité de titres

Le marché obligataire se caractérise une grande multiplicité de titres. On y trouve des obligations simples, des obligations convertibles en actions, des obligations à taux variable, des obligations à zéro-coupon ou encore des obligations à taux révisable.

Les principaux types d’obligations sont les suivants :

  • les obligations à taux fixe avec lesquelles les dates de versement du coupon et des remboursements sont connues d’avance :
  • les obligations à taux variable dont le taux du coupon fluctue selon les variations d'un récent (inflation, taux monétaire) ;
  • des obligations spécifiques (convertibles en actions, indexées, à coupon zéro) qui sont adaptées à différentes stratégies d’investissements.

Bon à savoir : en France, pour pouvoir émettre et/ou faire admettre leurs titres obligataires à la cote, les émetteurs doivent réaliser un prospectus, soumis au visa de l’AMF.

Bon à savoir : depuis le 3 janvier 2018, toutes les entités juridiques qui souhaitent effectuer des transactions sur les marchés financiers européens impliquant tout type de titres ou dérivés ont l’obligation de détenir un identifiant d’entité légale (LEI - Legal Entity Identifier). Cet identifiant a été créé par le règlement d'exécution n° 1247/2012 du 19 décembre 2012 de la Commission pour améliorer le fonctionnement et le suivi des marchés financiers. L'attribution de l'identifiant est facturée au prix de 70 € et les frais de certification annuelle s’élèvent à 50 € (arrêté du 28 juin 2013 modifié).

Ces pros peuvent vous aider