Débuter en Bourse

Sommaire

 

Vous aimeriez acheter des actions, des ETF (exchange traded funds, des fonds indiciels) et autres produits de Bourse. Mais vous hésitez à passer le pas car vous ne savez pas comment faire, dans quel ordre et avec quelles précautions : il vous manque les bases pour placer votre argent en Bourse.

Cette fiche pratique vous indique comment débuter en Bourse.

1. Fixez la somme à investir et votre objectif de performance avant de débuter en Bourse

Avant de commencer à investir en Bourse, vous devez déterminer le montant que vous pouvez placer. Voici quelques règles de prudence pour vous aider à déterminer ce montant :

  • Vous ne devez pas avoir besoin de ce montant à court terme. Les placements en Bourse sont risqués. Le capital investi peut être perdu partiellement ou totalement. Ce qui explique qu’il soit recommandé d’envisager de prendre vos bénéfices dans un horizon de 5 ans au minimum.

Important : si vous décidez de faire du trading, c’est-à-dire acheter et vendre au jour le jour, n’oubliez pas les frais d’arbitrage.

  • Commencez en utilisant moins de 10 % du montant total de votre épargne, puis, au fil des mois et de vos gains d’expériences, augmentez cette part sans jamais dépasser la moitié de votre épargne.

Important : selon les supports choisis, vous pouvez investir pour un montant total pouvant être jusqu’à 5 fois plus élevé que celui que vous pouvez réellement placer ; c’est ce qu’on appelle « l’effet de levier ». Utilisez cette possibilité avec une extrême précaution.

Fixez-vous un objectif de performance au-delà duquel vous commencerez à prendre vos bénéfices. Cet objectif doit être établi en fonction du support retenu. Il ne doit pas non plus être irréaliste. Mais plus le temps est long, plus vous pouvez espérer doubler votre mise, par exemple.

2. Choisissez votre compte de placements

Vous ne pouvez pas intervenir directement sur les marchés financiers. Pour débuter et donc investir en Bourse, vous devez ouvrir un compte de placements. Il peut s’agir :

  • d’un compte titres ouvert auprès de votre banque ou d’un courtier en ligne ;
  • d’un contrat d’assurance-vie en unités de compte ou de capitalisation ;
  • d'un plan épargne retraite (PER) ;
  • d’un plan d’épargne en actions (PEA) ;
  • d’un plan d’épargne salariale (PEE, PEI, etc.).

À noter : la loi Pacte (loi n° 2019-486 du 22 mai 2019) a créé un nouveau produit d'épargne retraite : le PER (plan d'épargne retraite). Il remplace le PERP, le PERCO, le PERE (« article 83 ») et les contrats Madelin depuis le 1er octobre 2019. Ces produits (PERP, PERCO, etc.) ne sont plus commercialisés depuis le 1er octobre 2020. Ils peuvent continuer à être alimentés par les épargnants ou bien être transformés en PER.

Versez-y la somme que vous comptez investir.

Ensuite, à l’aide des outils proposés par l’établissement financier qui administre votre compte, choisissez les supports de votre choix : actions, fonds, fonds de fonds…

3. Repérez les supports à investir en Bourse

Investir en Bourse peut prendre plusieurs formes. C’est ce qu’on appelle « les supports » :

  • les actions et bons de souscription ;
  • les obligations ;
  • les matières premières ;
  • les devises ;
  • les produits dérivés : warrants, ETF (exchange traded funds, des fonds indiciels), certificats…

Vous pouvez investir en direct ou préférer acquérir des parts de fonds : OPC (organisme de placement collectif), Sicav, FCP (fonds commun de placement)… Dans tous les cas :

  • Ne faites pas un choix au hasard. Informez-vous sur les tendances des marchés afin de savoir si le prix de ces supports sont surévalués (risque de baisse), sous-évalués (chance de hausse) ou au marché.
  • Choisissez des supports que vous comprenez. Pour une action ou obligation, privilégiez une entreprise dont l’activité vous est familière ; vous pourrez apprécier et comprendre sa stratégie.

Bon à savoir : si vous ne vous sentez pas prêt ou pas assez compétent pour choisir vous-même vos supports, faites appel à un mandataire de gestion ; il agira pour vous.

Conseil : évitez les devises et les matières premières, y compris en produits dérivés ; les promesses de gains sont totalement aléatoires (les variations sont trop importantes et vous risquez de tout perdre en peu de temps) ; en revanche, vous pouvez vous intéresser à des fonds ou fonds de fonds investis sur ces thématiques et gérés par des sociétés de gestion.

4. Passez vos ordres d’achat ou vente

Une fois que vous avez choisi vos supports, il reste à les acquérir.

Chaque support est identifié par un code ISIN qui lui est unique. Saisissez ce code, puis précisez s’il s’agit d’un achat ou d’une vente, et indiquez la quantité souhaitée. Vous venez d'effectuer ce qu'on appelle un « passage d’ordre » ou « arbitrage ».

Bon à savoir : le prix est fixe ou évolutif ; dans ce dernier cas, il évolue en temps réel, une fois par jour, par semaine… selon le type de support.

Pour être sûr que votre demande sera validée et exécutée, respectez, pour les parts de fonds, le montant et le nombre de parts minimum, ainsi que l’éventuelle période d’ouverture/de fermeture à souscription.

Pour les actions et autres produits dérivés cotés, choisissez le bon passage d’ordre et tenez compte du carnet d’ordre en temps réel qui permet de connaître les quantités proposées à la vente et à l’achat, ainsi que le montant proposé :

  • Au marché – c’est le plus rapide à être exécuté car il est prioritaire sur tous les autres ; vous achetez ou vendez au prix de transaction à l’instant où vous avez validé l’ordre.
  • Limité – selon la quantité demandée, vous pouvez être amené à acheter les actions pour différents prix proposés par les vendeurs.

Bon à savoir : pour éviter d’acheter trop cher ou de vendre trop bas, ce type d’ordre vous permet de fixer des seuils ou plafonds ; s’ils sont franchis, votre ordre est stoppé : vous n'avez aucune action achetée ou une partie seulement. La quantité restante sera exécutée si le cours revient au-dessus du seuil ou en dessous du plafond fixés, dans la mesure où vous n’annulez pas l’ordre.

  • À la meilleure limite – c’est le même principe que l’ordre limité, mais cette fois en fonction du prix du titre dit « au mieux disant » au moment de la validation de l’ordre (c'est-à-dire le plus bas pour un achat, le plus haut pour une vente).
  • À seuil de déclenchement – ce type d’ordre permet de jouer sur les anticipations de marché et d'éviter des évolutions brutales ; si le cours atteint le prix « stop », votre ordre d’achat ou de vente suit alors le principe d’un ordre au marché.
  • À plage de déclenchement – il permet de monter en puissance sur une action en fixant des quantités à acheter ou à vendre selon une série de prix ; lorsque le cours atteint ces prix, l’ordre est exécuté pour la quantité demandée.

Important : un passage d’ordre ou d’arbitrage peut être payant ; avant d’agir, renseignez-vous sur les frais qui seront soit déduits sur le montant investi, soit prélevés sur votre compte bancaire.

Bon à savoir : depuis le 3 janvier 2018, toutes les entités juridiques qui souhaitent effectuer des transactions sur les marchés financiers européens impliquant tout type de titres ou dérivés ont l’obligation de détenir un identifiant d’entité légale (LEI - Legal Entity Identifier). Cet identifiant a été créé par le règlement d'exécution n° 1247/2012 du 19 décembre 2012 de la Commission pour améliorer le fonctionnement et le suivi des marchés financiers. L'attribution de l'identifiant est facturée au prix de 70 € et les frais de certification annuelle s’élèvent à 50 € (arrêté du 28 juin 2013 modifié).

5. Restez en veille sur l’actualité et les performances

Une fois que vous avez passé votre ordre d’achat ou de vente, surveillez vos positions, en faisant par exemple un point une fois par semaine. Cela vous permet de suivre l’évolution de la performance et d'éviter les sueurs froides données par les variations quotidiennes, qui peuvent mener à de mauvaises décisions : acheter au plus haut, vendre au plus bas.

Pour les fonds, vous disposez d’un rapport de gestion mensuel expliquant l'évolution du portefeuille : gains, pertes, cession ou acquisition de titres. Ce rapport détaille aussi le contexte économique et propose l’analyse du gérant. Utile pour comprendre les variations de performance et les choix d’investissements.

Conseil : il est primordial de suivre l’actualité économique ainsi que celle des secteurs et des entreprises choisies ; plus ces dernières vous sont proches et leurs activités accessibles, mieux vous serez en position de savoir à quel moment il convient de solder votre position ou, au contraire, de la renforcer.

Ces pros peuvent vous aider