Exchange Traded Funds

Sommaire

Les exchange traded funds (ETFs), aussi appelés « trackers » ont pour objectif de répliquer les variations d’un indice (CAC 40, taux, etc.) à la hausse comme à la baisse. Ils sont gérés de façon passive, l’objectif étant de fluctuer comme le sous-jacent, sans tenter de le surperformer.

À noter : simple d’utilisation, les ETFs ont collecté près de 380 milliards de dollars en 2016.

ETF : avantages

Les ETFs sur indices actions, ETFs géographiques, ETFs sectoriels, ETFs sur indices matières premières ou obligataires, etc. : ces OPCVM cotés sont destinés aux investisseurs souhaitant parier sur un marché ou un indice sectoriel, etc., sans entrer dans le détail de sa composition. Ils permettent par exemple d’acheter ou de vendre un indice sectoriel « en bloc ».

Les ETFs ont pour objectif de répliquer les variations de leur indice, à la hausse comme à la baisse. Ils sont gérés « passivement » sans chercher à surperformer ce sous-jacent. Cette simplicité leur confère un certain nombre d’avantages :

  • cotés en continu de 9h à 17h25 comme n’importe quelle action, ils sont négociables en continu ;
  • des frais de gestion souvent inférieurs à 1 %, et pas de droits d’entrée. L’investisseur doit simplement s’acquitter des coûts de transaction, modiques ;
  • une liquidité constante puisqu’ils peuvent être achetés et revendus du jour au lendemain en fonction de l’évolution du cours du sous-jacent. Cette liquidité est assurée par les apporteurs de liquidité animant les ETFs, du fixing d’ouverture à la clôture.

Bon à savoir : comme les actions, les ETFs peuvent être négociés en passant des ordres à cours limité, au marché, indexé ou à déclenchement (seuil ou plage). Ils sont éligibles au service de règlement différé (seulement sur des positions acheteuses).

ETFs : réplication physique ou synthétique

Pour dupliquer son indice, un ETF peut utiliser une réplication physique ou synthétique.

Réplication physique

Le gestionnaire du fonds gère l’ETF comme un fonds indiciel traditionnel et détient les titres en portefeuille.

Exemple : si l’ETF est indexé sur le CAC, le gérant rentrera en portefeuille les 40 valeurs qui le composent en tenant compte de leurs pondérations respectives. Son rôle se limite essentiellement à la gestion des flux de trésorerie provenant des intérêts et des dividendes versés.

Réplication synthétique

Le portefeuille de l’ETF comprend également des titres physiques mais l’exposition aux investissements est souvent fournie sous la  forme d’un swap, avec une entité affiliée (banque mère du fournisseur, etc.) qui fait office de contrepartie.

Bon à savoir : qu'elle soit physique ou synthétique, la liste des composants du sous-jacent des ETFs est disponible sur le site des émetteurs.

ETFs : différentes catégories

La classification des ETFs établie par Euronext propose aux investisseurs un classement correspondant à plusieurs objectifs d’investissement. Parmi les principaux :  

  • les ETFs sur indices actions sont répertoriés en fonction des zones géographiques, de la taille, du style, de la stratégie, etc. ;
  • les ETFs sectoriels permettent de jouer un secteur d’activité délimité comme la santé, les valeurs financières, les industries pétrolières, etc. ;
  • les ETFs sur indices matières premières répliquent le cours de différents sous-jacents comme l’or, l’énergie, les produits agricoles, etc. ;
  • les ETFs sur indices obligataires ont pour indice les obligations d’État, les obligations d’entreprise ainsi que le marché monétaire, etc.

Bon à savoir : les ETFs trackers bears permettent de miser sur la baisse des cours. Ainsi, un ETF traçant le CAC 40 progressera de 3 %, si l’indice recule de 3 points.

Ces pros peuvent vous aider