Comment investir dans l’or ?

Sommaire

Il y a deux façons d’investir dans l’or : en direct ou à travers « l’or papier ».

L'achat d'or physique s’effectue à travers l’acquisition de pièces, de lingotins ou de lingots. L’or papier désigne notamment des actions dont la nature repose sur le cours de l'or ou encore des ETF, dont la valeur duplique l’évolution du cours du métal jaune.

Quelques chiffres pour investir dans l’or

Le bas de laine des Français contient environ 3 000 tonnes d’or détenues sous forme de pièces, de lingots et de lingotins.

Bon à savoir : les lingotins sont de petits lingots dont les poids varient de 5, 10, 20, 100, 250 à 500 g de métal pur. Attention : plus les lingotins sont légers et plus ils coûtent cher. Pour le même poids d’or, la prime moyenne d'un lingotin de 5 g est par exemple d’environ 7/8 % alors que celle du Napoléon, n’est que de + ou - 0,5 %.

Si toutes les générations sont friandes d’or, les seniors en acquièrent notamment pour eux–mêmes et/ou pour le transmettre à leurs descendants. Les jeunes sont également très attachés à ce que l’économiste Keynes désignait comme une « relique barbare ».

Exemple : selon une enquête d'OpinionWay pour AuCoffre.com en septembre 2017, 12 % des 25-34 ans possèdent de l'or d'investissement comme des lingots, des pièces, des actions de mines aurifères, des ETF ou encore des certificats.

Selon cette enquête, 11 % des hommes déclarent posséder de l'or d'investissement contre 5 % chez les femmes. Cependant quand on évoque les bijoux en or qui ne sont pas considérés comme de l'or d'investissement, les proportions s'inversent : 30 % des femmes détiennent de l’or contre 15 % des hommes.

Bon à savoir : on peut investir dans l’or en direct ou à travers l’or papier.

Investir dans l'or : l'or physique

L’or physique est une valeur refuge dont le cours est influencé par deux grands facteurs : les tensions internationales. Plus ces tensions sont fortes et plus les investisseurs recherchent des actifs tangibles, au premier rang desquels figure l’or ; le niveau des taux d’intérêt. Lorsque les taux sont bas, le différentiel entre l’or et les autres placements diminue. A contrario, quand le loyer de l’argent augmente (hausse des taux), cet écart s'accentue.

Exemple : 200 euros placés à 1 % rapportent 2 euros. Si ce taux passe à 2 %, le rendement passe à 4 euros et l’écart se creuse avec le métal jaune qui ne distribue pas de dividendes.

Le cours de l’once d’or (31,10 g) est fixé par le London Bullion Market Association (LMBA). Il contrôle la cotation des métaux précieux sur les principaux marchés de la planète. Aussi appelée « fixing », cette cotation a lieu 2 fois par jour, à 10 h 30 et 17 h 30 (heure française). 

La valorisation des pièces d’or est moins encadrée que celle de l’or de bourse. Depuis 2004, il n’y a plus de cotation officielle de l’or en France. Les prix sont calculés par CP Or, le principal grossiste français. Cette valeur comprend une « prime », également déterminée par CP Or : elle correspond à l’écart existant entre le cours d’une pièce et son poids d'or.

Exemple : lorsque l’on dit que la prime du Napoléon est de + 4 %, cela signifie que les investisseurs sont prêts à payer 4 % de plus que le poids en or de cette pièce pour l’acquérir. Fluctuante, l'importance de la prime est déterminée par plusieurs facteurs : rareté et état de la pièce, difficulté de fabrication, popularité auprès des investisseurs. Il est généralement conseillée d’acheter une pièce dont la prime est faible afin de ne pas surpayer son investissement. 

Bon à savoir : pour être certains d’être revendus à leur cours, pièces et lingots doivent être dans un état de conservation parfait.  Il faut donner la préférence à des pièces dont le degré de pureté est de 999,9 % et qui sont frappées par de grands hôtels des monnaies (United States Mint, Perth mint canadien, etc.). Parmi les stars du marché figurent les pièces d’une once « American Eagle », « Maple Leaf » ou le fameux Napoléon Français, frappé jusqu’en 1914. La durée de conservation optimale des pièces est d’une dizaine d’années.

Il est préférable d’acheter de l’or physique :

  • en sélectionnant une maison de négoce qui a pignon sur rue depuis plusieurs décennies ; 
  • en achetant des pièces d’or ou des lingotins à Paris plutôt qu’en province car, faute de concurrence, les prix peuvent y être 10 % plus élevés que dans la capitale ;
  • en privilégiant une transaction sur Internet (sites sécurisés uniquement) à un achat en boutique, car les commissions sont moins élevées. Les meilleures maisons livrent discrètement leurs clients à domicile (paquets anonymes) grâce à des réseaux ultra-sécurisés.

Bon à savoir : l'or physique est pénalisé par une fiscalité qui a été alourdie en 2018. Deux options sont possibles : une taxe forfaitaire de 11,5 % ou un impôt dégressif sur la plus-value (36,2 %, puis 5 % de décote/an au-delà de la 3e année) si le vendeur peut justifier du prix et de la date d’acquisition.

L’or papier et investir dans l'or

Il est aussi possible d’investir sur le cours du métal jaune grâce à des produits boursiers qui présentent : pour avantage de ne pas avoir à détenir directement du métal jaune ; pour inconvénient d’exposer l’investisseur au risque de faillite de l’organisme émetteur.

Le marché de l’or papier se compose d’une multitude de placements. Parmi les principaux, on peut citer :

  • les actions de sociétés aurifères : contrairement à d'autres métaux comme l'argent, les mines d'or sont généralement monométalliques. Selon le niveau des coûts de production, le cours de ce métal aura donc une forte incidence sur la performance de ces sociétés minières ;
  • les certificats et trackers qui répliquent la performance du cours de l'or. L'investisseur détient des parts représentatives d'une fraction d'once d'or garanties par l'or physique stocké par l’ETF. Le stock d’or physique réellement détenu parc ces ETF fait l’objet d’interrogations récurrentes. Certains investisseurs craignent qu’ils ne disposent pas d’une contrepartie suffisante, si les investisseurs vendent massivement leurs parts, par exemple en cas de krach financier ;
  • les fonds aurifères comme les FCP et les SICAV dont l'actif est essentiellement investi en actions de sociétés cotées dont l'activité est centrée sur l'or : mines d'or, sociétés de prospection minière, etc. ;
  • le Forex sur lequel les investisseurs avertis peuvent acheter des contrats grâce auxquels ils jouent sur la hausse ou la baisse du métal jaune avec un fort effet de levier.

Bon à savoir : la fiscalité s’appliquant à l’or papier est celle des revenus et des plus-values de cession de valeurs mobilières.

Ces pros peuvent vous aider